Vous êtes ici : La marque > Un savoir faire
Un savoir faire
1 | 2 | Page suivante >

Plus sur Luminarc
L'esprit de famille
Découvrez Luminarc en vidéo...
Les + de Luminarc
Irresistable

 

Un savoir faire

De l’envie de surprendre et de séduire le client avec un nouveau produit jusqu’à sa complète réalisation... En véritable
"maisons de verre", au sens propre comme au figuré, Arc International et Luminarc vous livrent tous leurs secrets de fabrication...

La création d’une matière

La confection du verre nécessite l’addition de groisil (verre concassé) aux trois matières premières principales que sont le sable, la soude et la chaux.
Le mélange, précisément dosé, passe ensuite au four jusqu’à fusion et affinage des éléments, afin d’obtenir une pâte fluide et homogène avec laquelle les experts verriers vont pouvoir travailler.

L’invention

Le modèle original d’un article naît de l’imagination fertile de designers (en collaboration avec les chefs de produits), toujours à la pointe des tendances actuelles. Au Studio Création d’Arc International, leurs esquisses donnent lieu à la réalisation d’une maquette. Celle-ci permet de mieux visualiser le futur produit et d’en corriger les défauts avant que le projet ne soit transmis aux services techniques, qui le finaliseront.
Là, le prototype validé sert à la conception des moules, plus tard utiles à la fabrication – en série, pour Luminarc – de l’objet.

La fabrication

Le verre en fusion est ensuite acheminé et conditionné en température par des canaux (les feeders) aux différentes lignes de production.
Elle est alors travaillée selon deux méthodes :

  • le procédé pressé

    Une goutte de verre incandescent, préalablement calibrée, est précisément guidée jusqu’au moule d’une machine à presser. L’objet prend forme. Puis il est refroidi pour pouvoir être démoulé. L’article passe enfin devant les brûleurs pour être poli à la flamme : on lui offre alors la perfection d’un bord lisse et d’un aspect brillant.

  • le procédé soufflé

    Une goutte de verre en fusion est d’abord ébauchée par pressage – c’est-à-dire qu’on lui donne une première forme dans un moule. L’ébauche constituée est aussitôt soufflée dans le moule finisseur, qui la modèle définitivement. A ce stade, l’objet est toujours surmonté d’une calotte : cet excédent de verre est supprimé lors d’une coupe à chaud (pour obtenir un bord épais) ou à froid (pour un bord fin et net).

Pressé ou soufflé, l’article doit subir une dernière phase de fabrication appelée recuisson : on remonte l’objet en température puis on le refroidit très lentement, ce qui contribue à éliminer les tensions internes du verre. Afin d’accroître sa résistance thermique et mécanique, l’article peut encore être trempé, c’est-à-dire refroidi rapidement et de façon contrôlée grâce à des ventilations. Toutes les assiettes Luminarc, par exemple, sont ainsi fabriquées, pour qu’elles acquièrent une solidité deux à trois fois supérieure à celle des autres articles de même épaisseur.

N. B. : Seul le verre à pied requiert deux ultimes opérations : la soudure des pièces qui le composent – la paraison et le pied –, et l’étalement de la base du pied

1 | 2 | Page suivante >
  Envoyer à un ami
  Imprimer la page
 
Rejoignez-nous | Crédits | Plan du site | Mentions légales | Ajoutez à vos favoris |